Au bout  de la Côte Nord Caraïbe, ses paysages exubérants et ses plages de sable noir valent le détour. Le nom du « Prêcheur » viendrait d’un rocher, aujourd’hui immergé, dont la forme curieuse évoquait  un prédicateur en chaire. 

Avec Saint-Pierre, le Prêcheur est la première zone d’occupation de la Martinique par les colons en 1635. Ce petit village regorge d’histoire, racontée par ses sites naturels et ses monuments.   

Une colonne érigée en 1875 rend hommage au gouverneur du Parquet, premier pilier de la colonie de 1635 à 1658.

L’église, maintes fois détruite, notamment par l’éruption de la montagne Pelée en 1902, a conservé son clocher carré du XVIIème siècle, construit à l’écart.

A voir aussi,  les trois cloches offertes par  l’épouse du roi Louis XIV, madame de Maintenon. Elle vécut au Prêcheur vers 1642,  avec sa mère et ses frères.  

Le Phare, majestueux du haut de ses  11,85 m et de ses 76 ans.

Si l’on en croit la légende le “ Tombeau des Caraïbes ” a été le théâtre  du suicide collectif des indiens Caraïbes….

Le Prêcheur est réputé pour ses nombreuses anses de sable noir, accessibles depuis la mer ou la terre, sur lesquelles subsistent des ruines de forts ou d’habitations sucrières : l’Anse des Galets, l’Anse la Celle,  l’Anse Couleuvre etc.

Le Prêcheur est aussi  le point de départ de belles randonnées : Chemin des Anses, la montagne Pelée par Grande Savane, la rivière Trois Bras. Le sentier Prêcheur/ Grand-Rivière permet de rejoindre l’autre commune de l’extrême nord atlantique.